top of page

Atteinte hépatique chez le cheval :
symptômes, diagnostic et traitement

Atteinte hépatique : des signes tardifs

Le foie est un très gros organe qui peut continuer à remplir son rôle même s’il n'est pas totalement fonctionnel.

 

C’est pourquoi les symptômes d'insuffisance hépatique arrivent tardivement dans l’évolution de la maladie et le pronostic est souvent grave à ce stade.

 

Des analyses sanguines régulières sont un bon moyen de détecter tout problème débutant et de le traiter.

Vet Inside, vétérinaire équin spécialiste en médecine interne par Julie Dauvillier

Comment diagnostiquer un problème hépatique ?

En début d’évolution, les premiers indices d’une atteinte hépatique sont une augmentation de certains paramètres sur les analyses sanguines (ASAT et GGT notamment).

 

Une échographie de foie est alors indiquée pour évaluer la taille, l’échogénicité ou la présence de masses. La procédure est la même que pour l’échographie abdominale mais l’examen se concentre sur le foie.

 

Si une anomalie du foie est suspectée à la prise de sang ou à l’échographie, une biopsie permettra, après analyse au laboratoire, de déterminer l’origine du problème, le pronostic et le traitement à mettre en place.

 

Pour réaliser une biopsie hépatique, le cheval est tranquillisé et le site optimal de biopsie est repéré à l’échographie. Un carré de 15x15 cm de peau est alors tondu et désinfecté. Une anesthésie locale est réalisée et une petite incision de 0,5 cm de long est pratiquée dans la peau. Une aiguille à biopsie est insérée dans le foie sous contrôle échographique et permet de récupérer un échantillon du foie qui sera ensuite analysé. Une agrafe chirurgicale est posée sur l’incision et un pansement est mis en place pour une semaine.

Vet Inside, vétérinaire équin spécialiste en médecine interne par Julie Dauvillier

Traitement des problèmes hépatiques

Le traitement est spécifique et dépend de la nature de l’atteinte (hépatite bactérienne ou inflammatoire, intoxication aux alcaloïdes pyrrolizidiniques…) d’où l’importance de poser un diagnostic précis dès que l’atteinte hépatique est détectée.

 

Le foie a une grande capacité de régénération. Néanmoins, si la maladie est arrivée au stade de fibrose (formation de tissu cicatriciel), le foie n'est plus capable de se régénérer et le pronostic est grave. Il est donc primordial de diagnostiquer et traiter les problème précocement.

Vet Inside, vétérinaire équin spécialiste en médecine interne par Julie Dauvillier

Prévention des problèmes hépatiques

Le foie est un organe majeur de filtration et d’élimination. Il sera donc le premier à souffrir d’une exposition anormale à des toxines alimentaires.

 

Il convient donc, en prévention, d’éviter de donner à son cheval des fourrages ou des concentrés mal conservés (traces de moisissures).

 

Par ailleurs, certaines plantes comme le Sénéçon de Jacob sont toxiques pour le foie. Avant de mettre son cheval dans un pré, il est recommandé de vérifier les plantes qui y poussent.

Vet Inside, vétérinaire équin spécialiste en médecine interne par Julie Dauvillier
bottom of page